"Muxes de mexico", 2012

 

Juchitán de Zaragoza n'est pas une ville mexicaine comme les autres : elle est organisée par les femmes qui, comme le veut la tradition ancestrale, s'occupent du commerce pendant que les hommes sont à la pêche ou travaillent aux champs. Dans cette organisation proche du matriarcat les femmes sont également responsables de la transmission de la langue et de la culture zapothèque ainsi et de l'organisation des relations sociales de la communauté.

 

Mais là n’est pas la seule particularité de cette ville : depuis l'époque précolombienne, la culture zapothèque tolère et admet l’existence d’un troisième genre et laisse aux jeunes garçons le choix de leur orientation sexuelle dès leur plus jeune âge : on les appelle los Muxes, mot dérivé de l'espagnol mujer (femme) en zapothèque. 

 

 

© Céline Villegas

 

1/18